Internet, l’ennemi de la tranquillité?

J’ai lu, il y a quelques temps, un livre que j’ai adoré : Une Affaire Conjugale d’Eliette Abecassis (édition Albin Michel, parut en aout 2010).

photo amazone.fr

« Pour bien faire les choses, il faudrait commencer par divorcer. »

Ce livre m’a beaucoup fait rire tout en m’émouvant pas mal, et je le conseille vivement tant il est réaliste !

Anyway.  A un moment, l’auteure nous parle de facebook, et d’internet en règle générale, comme ennemi du couple. Sur le coup je trouvais ça un peu poussé, une excuse un peu facile, toute faite, pour justifier les infidélités de son mari. Faisant partie de la génération Caramail, je vis avec internet tous les jours et ne l’ai jamais vu comme un souci, mais plutôt comme un outil pratique (pour les recherches, l’apprentissage, la découverte) qui permet de communiquer à travers le monde.

Et puis, en y réfléchissant d’un peu plus près, j’ai réalisé combien c’était vrai.

La toile, c’est quelque chose d’énorme. Dans les pays développés, les PC et Mac sont dans (presque) toutes les familles et ouvrent des portes qui n’étaient pas accessibles avant ça. On peut draguer de chez soi, on a des sites de rencontres pour ça (et même des sites qui vous trouvent les alibis à donner à votre femme/mari pour pouvoir aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs en toute sécurité). Internet vous permet de garder contact avec qui vous voulez, sans pour autant être déranger (contrairement à un téléphone, en faite), et partout (chez vous comme au travail, et même de votre smartphone) et grâce aux mots de passe, c’est encore plus simple de protéger ses données (et pas seulement celles-là).

On pourrait douter de la moralité de certains sites d’ailleurs… mais bon… c’est la demande qui créait l’offre, non ?

Avant internet, pour draguer il fallait se déplacer, ce qui déjà complique un peu la chose quand on vous attend à la maison. Avant internet, fallait un téléphone pour échanger, donc une trace susceptible d’être découverte (un numéro dans une poche, par exemple).

Mais internet rend aussi parano car tout est visible. « C’est qui machin que tu viens d’ajouter en amie ? »

Et dans tous les sens, car en sachant que tout se voit, quand rien apparait, c’est encore pire. « Pourquoi tu passes autant de temps, y a aucune activité sur ton wall »

De quoi devenir barjo. Non?

Alors abandonnera, abandonnera pas. Se préserver ou devenir tarée. Je me tâte. Parce que, min de rien, c’est quand même pratique.

Publicités

Un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s