Fat VS Skinny

Je suis là, devant mon PC, en train de manger du chocolat, et ça m’a fait penser à un paradoxe comme il en existe tant.

Comme chacun le sait -sinon vous vivez dans une grotte au fin fond de la Mongolie- les médias prônent la minceur (parfois extrême) tout en se défendant de le faire. Les mannequins anorexiques sont recalées des podiums (enfin, faut pas que ça se voit, et on les force à manger un grain de raisin avant les défilés quand même!), on fait des émissions TV axées sur « t’es grosse, mais t’es jolie » (sauf qu’on les relooke avec des gaines remonte-fesse-écrase-ventre parce que faut pas déconner non plus…) et on parle de Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) à toutes les sauces (genre, on vous montre une ancienne anorexique -traduisez maigre, dans la tête des gens, ce qui n’est pas forcément le cas- qui s’est remplumée et qui s’en est sortie -comprenez qui est devenue boulimique ou hyperphage mais c’est pas grave, parce qu’elle n’a plus l’air malade).

Vous savez que les TCA sont multiples? Anorexie, boulimie, hyperphagie, potomanie… on estime qu’il existe à peu près autant de formes de ces maladies qu’il existe de malades. Parce que oui, ce sont des maladies. Alors oui, c’est vrai, les gens et la société en générale ont plus tendance à s’inquiéter pour l’anorexique qui est plus proche de la brindille qu’autre chose, mais la boulimique, qui se purge je-ne-sais-combien-de-fois par jour en se bousillant l’oesophage, l’estomac, le système digestif en général et les dents, est généralement dans un état physique tout aussi faible que l’allumette d’à côté.

Mais le truc qui, je crois, me fait le plus mourir de rire (sans mauvais jeu de mot – et oui je rigole même de trucs pas forcément drôle) c’est la banalisation des maux. Je pense qu’à la base ça partait d’une bonne intention, du style on en parle beaucoup comme ça on va sensibiliser les gens susceptibles de tomber dedans ainsi que permettre à l’entourage de déceler les symptômes pour aider une personne si besoin est. Sauf qu’au final, dans l’esprit de l’humain lambda ça fait :

  • anorexique : gamine prépubère qui veut se faire remarquer. OU. Quelqu’un qui suit un régime. = connerie pour se faire plaindre.
  • boulimique : bonne vivante (oui parce que ça touche que les filles BIEN SUR!), épicurienne ou tout autre adjectif (et on s’en fout qu’elle gerbe tout ce qu’elle avale ou qu’elle aille courir 20km tous les matins, elle se maintient en forme c’est tout!)
  • hyperphage : grosse qui se laisse aller/gourmande qui s’en fout de ce qu’on peut bien penser d’elle.
  • potomane : quelqu’un qu’à souvent soif? Evidemment…

Alors je suis pas là pour faire flipper tout le monde, du genre « WARNING ILS SONT PARTOUT« , pas du tout, bien au contraire, je voudrais qu’on cesse à la fois de banaliser ces maladies mais aussi les gens qu’elles touchent, et qu’on arrête de traiter toutes les filles menues d’anorexiques (sont jaloux les gens ou quoi?).

Ah, et pendant que j’y suis, cessez aussi de dire que les obèses sont justes des gens qui s’en foutent et ne se prennent pas en main, vous ne savez pas ce qu’il en est derrière, ni ce qu’ils subissent.

 

Have Fun!

Publicités

3 réflexions au sujet de « Fat VS Skinny »

  1. Oh my god comme tu as raison ♥. Enfin, tu es optimiste en ce qui concerne la potomanie, je le suis et quasiment aucune personne que je rencontre ne connait l’existence de ce trouble.

Un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s