Vokillz vous prend en main!

Parce que tous les artistes savent que la passion ne suffit pas pour avancer, il me semblait primordial de vous présenter ceux qui sont capables de vous aider à vous améliorer vocalement parlant. Le travail, mes enfants, le travail!

Mya0u : Commençons bien ! Parlez nous de vous, qui êtes-vous ? (vos expériences musicales…)
Caroline : Je m’appelle Caroline Rose, j’ai grandi en Allemagne avec Hole, L7, les Riot Grrrls, mais aussi Michael Jackson. Très jeune j’ai pris des cours de piano et de chant, je me suis mise à la guitare à l’âge de 12 ans pour former mon premier groupe, un groupe de punk rock. Depuis, j’ai cumulé les projets musicaux (en Allemagne et en France) entant que chanteuse/guitariste allant du  death-métal avec « Psychobolia » et « Straight. » et plus récemment au sein de l’Opéra rock « La mécanique des Anges » (compagnie Arcosm/Mitiki). Depuis 5 ans je développe mon projet solo : Caroline Rose. Actuellement on peut se procurer mon dernier EP « More Immoral » (Mitiki/Keyzit) sur Itunes et cie et voir mon nouveau clip tourné a NYC ici. Je reste attachée au spectacle vivant et aux collaborations contemporaines originales ! J’interviens ponctuellement  dans des pièces de body-percussion ou de beatbox (extrait). C’est extrêmement plaisant de travailler avec des beatboxers, chanteurs lyriques, danseurs et autres.
Cyril : Pour ma part, étant issu d’une famille de musiciens, j’ai aussi commencé la musique très jeune. J’ai commencé la guitare à l’âge de 7 ans, fais quelques classes au conservatoire de mon quartier en banlieue parisienne et participé à pas mal de groupes et projets surtout dans le métal. J’ai délaissé un peu la musique pendant mes études d’ingénieur puis je m’y suis replongé corps et âme quand j’ai commencé à travailler. C’est là que j’ai commencé à chanter et à me poser beaucoup de questions sur la voix et sur la scène. C est à cette époque que j’ai rencontré Caro, il y’ a de ça 5 ans maintenant.

M : Expliquez-nous votre projet et d’où est née l’idée.
Caro : Je donnais des cours de chant particuliers et il m’était insupportable de voir autant de gens galèrer avec les voix saturées ! Dans mon histoire à moi, la voix saturée a toujours été une nécessité ! Pas de questionnements, pas de douleur, que de la libération. Voyant qu’il n’en était pas ainsi pour la plupart de mes élèves, j’ai creusé, j’ai étudié le sujet. Puis j’ai pris Cyril (mon élève à l’époque) sous le coude pour créer une équipe compétente. Depuis nous opérons exclusivement dans le domaine des voix saturés et continuons nos recherches.

M : Vokillz est ouvert à tous chanteurs et tous styles musicaux ?
Cyril : Bien entendu! Quand on parle de satu les gens ont souvent tendance à faire l’amalgame avec les styles extrêmes tels que le death ou le black metal. Pourtant de la saturation on en trouve partout, dans le jazz, la funk, le rock, la pop et j’en passe. Nous enseignons des techniques de chant et aidons nos élèves à les appliquer en fonction de leur style mais autant que possible nous voulons éviter de les formater. Le style de musique n’est qu’une considération esthétique propre à chacun, nous n’allons pas imposer notre vision personnelle de la musique à nos élèves, à eux de faire leurs propres choix.

M : Pensez-vous ouvrir votre champ d’opération aux autres instruments que la voix ?
Cyril : C’est une possibilité mais pas dans un avenir proche en tout cas. Contrairement au chant, les autres instruments sont beaucoup mieux représentés dans le domaine de l’enseignement et nous n’apporterions pas grand chose de nouveau.
Caro : Nous sommes avant tout des chercheurs et des intervenants dans un créneau très précis. Nos assiettes ne seront pas vides si personne ne fait appel à nos services, c’est pour ça que nous ne cherchons pas à créer une n-ième « école de musique », mais un pôle d’enseignement spécialisé.

M : Quelles sont les qualités requises, selon vous, pour être un bon musicien et un bon groupe ?
Caro De mon expérience personnelle il n’y a pas vraiment de « qualités requises ». Mais si tu as un truc à dire, à transmettre et si tu sens que tu as besoin de partager ton bordel avec un public, alors bosse et sois la meilleure/le meilleur à faire ce que tu fais. Il est aussi important de savoir faire appel à d’autres pros pour affiner son propre savoir et continuer à avancer. On reproche souvent à nos artistes favoris de changer de style d’un album à l’autre, mais ces changements prouvent qu’ils cherchent et qu’ils ne s’assoient pas sur leurs lauriers.

M : Pouvez-vous nous parler des trois stages que vous proposez ? (thèmes abordés, façon de procéder etc.)
Cyril : En fait c’est très simple, les trois stages sont une suite logique. Le premier permet de découvrir les bases des différentes saturations, le deuxième leurs applications et leurs combinaisons et enfin le troisième se focalise sur l’aspect scénique et la gestion des émotions.
Pour ce qui est de la façon de procéder nous exposons d’abord les bases techniques à nos élèves qui vont les exploiter tout de suite au moyen de différents exercices. Ensuite nous allons les retourner dans tous les sens et taper dessus jusqu’à ce que ça rentre(je parle des bases techniques , pas des élèves). Tout du long nous les accompagnons pour leur permettre de se construire un background solide et d’affirmer leur identité et leur style (là je parles des élèves pas des techniques)

M : Comment se déroulent les cours particuliers ? Et les formations spécifiques ?
Caro : Nous nous adaptons aux besoins de chaque élève. En général nous mettons en place les outils techniques lors d’une première série de cours puis nous appliquons sur le répertoire de l’élève. Il nous arrive de suivre des projets artistiques jusqu’au stade du coaching scénique.  Sortir LE son est bien souvent lié à une mise en état et il est plus facile de se mettre dans un état émotionnel particulier sur scène.

M : Croyez-vous qu’il est important de travailler un chant saturé (ou le chant de manière générale) avant de se lancer, ou certains chanceux peuvent-ils avoir une sorte de prédisposition innée à la saturation ?
Cyril : La question n’est pas vraiment de savoir si les chanceux en question ont des prédispositions ou non mais plutôt de savoir si ils arrivent à saturer sans se faire mal ou se blesser. Quoi qu’il en soit, prédisposition ou pas, il est toujours important de travailler sa voix. D’une part pour accroître au maximum  son vocabulaire musical, et d’autre part parce qu’on ne peut pas prétendre faire de la musique au niveau professionnel si on arrive sur scène les mains dans les poches.

M : Selon vous, est-ce que tout le monde peut devenir chanteur si les bases techniques sont apprises ?
Cyril : Bien sûr! Si tu es capable de parler c’est que tu peux chanter. Le seul hic c’est que la nature est injuste et ce qui est inné pour certains demandera beaucoup de travail à d’autres mais il n’y a rien qui justifie que tu ne puisses pas chanter bien au contraire.

M : Considérez-vous la voix comme un instrument à part entière ? Pensez-vous que dans un groupe, la voix prédomine sur les autres instruments ?
Cyril : En ce qui me concerne la voix n’est pas un instrument, c’est beaucoup plus que ça. Si le son de ta guitare ou de ton clavier ne te plaît pas tu peux toujours en changer. Ta voix tu l’as toujours avec toi tout au long de ta vie, et qu’elle te plaise ou non il faut apprendre à l’apprivoiser et vivre avec.
Caro : Comme dit Cyril, on peut mettre toutes sortes d’effets, apprendre à moduler et à exploiter au maximum sa voix mais on ne peut pas changer sa physionomie, la voix c’est plus personnel qu’un instrument. C’est d’ailleurs pour ça que les chanteurs sont souvent susceptibles ;-)

M : Que pensez-vous de la musique actuelle, tous styles confondus ? (critiques sur le travail des musiciens, sur les modes actuelles …)
Cyril : Tout dépend de quoi on parle, mais je crois que les choses n’ont pas tellement  changé depuis des années de ce point de vue. Quel que soit le style on trouvera toujours des artistes qui font un travail formidable tant sur le plan de l’originalité que sur celui de la qualité de ce qu’ils produisent et d’autres qui ne font que des choses passables.
Caro : Je pense que la clé de la réussite de nos élèves dans le milieu des musiques actuelles est qu’ils ne se plaignent pas d’une conjoncture difficile mais qu’ils ne pensent qu’à envoyer la sauce ! Les musiciens n’ont jamais étés aussi inventifs pour faire circuler leurs chansons, voila un point très positif. Il y a encore quelques années on abandonnait complètement son art pour le mettre entre les mains d’inconnus, sans vraiment vouloir savoir ce qu’ils allaient en faire et comment ! Tout ça c’est fini, chacun est maître de sa barque et les endurants seront récompensés, j’en suis sure !

M : Quels sont vos objectifs pour Vokillz ?
Caro : Devenir le pôle de ressources « Voix Saturés », une référence de confiance pour les chanteurs ayant besoin de travailler. Ceci à travers nos stages et Masterclass mais aussi en cours particulier ! D’ailleurs nous proposons des cours par webcam, pour ceux qui ne vivent pas à Paris ou qui sont beaucoup sur la route.

M : Je vous laisse le mot de la fin…
Caro : Je veux tous vous voir hurler, growler, chanter, sans peurs et avec tout ce que vous avez !

Il est temps pour moi de vous laisser filer sur le site de Vokillz et la page Facebook et de pousser la chansonnette en attendant d’avoir ce qu’il faut pour prendre des cours à mon tour!

Publicités

Un commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s