Le monde tout doux de Hellocoton

Tu peux cliquer l'image

STOP.

Je tiens à dire que ma vie blogesque est l’entière faute de D’elle.icious (dont je vous ordonne de lire le blog. ouai.). Au début, j’étais tranquille avec mon blog, mais je suis tellement influençable que je me suis retrouvée avec une FanPage Facebook (que si t’as pas liké t’es pas gentil), puis un Twitter (que j’avais déjà, en faite, mais qui servait à rien. pas qu’il me serve davantage ceci dit.) et à force de l’entendre parler du monde merveilleux de Hellocoton, je me suis laissée prendre au jeu. Non j’ai pas honte. Enfin, si, un peu.

Ca s’insinue doucement ce genre de truc. Parce que D’elle.icious je la connais depuis un bail, en faite, et petit à petit, à force de la lire, bah j’ai découvert Pshiiit, et puis Molaire & Tentacule, et puis du coup, bah je suis devenue accro à mes blectures, voyez.

J’osais pas trop, Hellocoton, à la base. Je voyais pas ce que mon petit blog pouvait bien y faire. Mais je suis une fille, comme toutes celles qui y sont, et puis y a pas que de la mode et de la cosmeto, y a de la famille, de l’actu, des coups de gueule, des découvertes. Je me suis vite dit qu’au final, ça ressemblait vachement à chez moi, et qu’y avait moyen de s’y sentir bien. J’ai cédé. Je suis faible. Mais contente, du coup.

En ce moment, je deviens une femme. Non, pas seulement un être de sexe féminin, mais le truc qui devient adulte et sage, truc que je gère difficilement. C’est-à-dire que je parle comme ma mère, alors ça perturbe. Mais c’est pas la question, je vous en reparlerais. Toujours est-il que du coup, Hellocoton c’est un peu devenu ZE site incontournable pour lire quoi. En plus y a une application iPhone alors forcément c’est le top moumoute rose à paillettes.

Y a des chances qu’au fil de mes lectures des articles s’écrivent ici, pour vous faire découvrir des bloggueuses, parce qu’écrire est un Art et que certaines le manient si bien !

 

Bref. J’ai un compte Hellocoton.

Publicités

A progression massive, régression excessive

Mya0u a une maman. Oui je sais, dit comme ça, on se demande, mais ça vous rappelle juste que derrière le blog, y a une paire de mains qui prend le temps de taper sur les touches d’un clavier, de réfléchir à ce qu’elle va écrire et partager.

Cette femme a une place primordiale dans ma vie, et c’est suite à une discussion avec Mère que j’ai décidé d’écrire cet article.

Voyez, on parlait de ce que j’ai pondu y a quelques jours (en faite non, ce matin, mais je publie tous les trois jours, comprenez) sur l’excès de tattoo/piercing grave « in » chez les 15/20 ans. (Punaise, je me sens vieille en disant ça !). Et je m’insurgeais, non pas sur l’abondance d’ornements chez certain/es mais sur le jeune âge des dites personnes. Et v’là donc pas qu’on parle donc du progrès en général et de la réaction en fonction des tranches d’âge.

L'image est tirée du site alloboulotbobo.fr

En vient donc notre théorie selon laquelle durant ces vingt dernières années tout a été trop vite. On est plus dans le « oh cool un nouveau machin, on en profite un max et on voit après » mais dans le « oh cool un nouveau machin, c’est quoi le prochain ? ». Exemple : (écrire comme ça me fait penser à mes profs de maths) Le portable. Je me rappelle encore de mon premier téléphone portable, un Itineris bleu nuit, énorme, avec une antenne. Le truc que tu lances sur quelqu’un pour lui provoquer une fracture du crâne. Le téléphone qui a une batterie qui tient un mois. Et maintenant ? A peine j’ai eu le 3G que le 3GS sortait, qu’Apple prévoyait de sortir le 4, qu’ils travaillaient sur le 4S et qu’ils pensaient au 5. On est dans l’excès de tout. Faut être parfaits en plus. Faut être beau, grand, toujours être au top, à la mode, avoir l’air toujours plus jeune (sauf pour les à peine majeur qui, eux, veulent faire plus vieux), gagner plein de pognon, faire des études de folie, être artiste, avoir les pieds sur terre, gérer sa carrière, trouver l’amour de sa vie, faire des millions de bébé, avoir un chien, un chat (oui, misez sur le chat, le chat est à la mode en ce moment), une maison, des amis, une famille, une voiture. Bref. Société de consommateurs. J’en fais partie hein.

Et d’un autre côté, on voit (je vois, sur la toile surtout) des petits détails qui laissent à penser qu’il va y avoir une révolution du mode de vie telle qu’on va virer à l’extrême inverse, le retour aux sources mode Cro-Magnon. Ça a commencé par la rébellion concernant la nourriture (et la naissance d’un nouveau trouble du comportement alimentaire : l’orthorexie que je décris dans cet article) avec une recrudescence des végétariens et végétaliens (je n’ai rien contre eux hein, ce sont des illustrations). Par la suite, c’est dans le discours de ma génération et de celle de ma mère où j’ai souvent entendu la capitale et les grandes villes critiquées au profit des plus petites villes alliant calme, tranquillité mais pas-trop-loin-de-la-vie-non-plus. Et maintenant ? Maintenant ce qui fait fureur sur la blogosphère c’est le Do It Yourself (DIY pour les initiés), comprenez donc ce qu’on peut/doit faire soi-même. Alors ça va de la robe aux cosmétos en passant par les produits d’entretien, les petits plats, le potager etc.

Je vous l’ai dit, un retour aux sources, un 360. BIM, comme ça, d’un coup d’un seul, on va se manger une rafale de régression dans la tronche, tous dans le Larzac à élever des chèvres !

Elle est pas trop mignonne?

Je ne sais plus qui a dit que 2012 n’était pas la fin du monde, mais la fin d’une façon de vivre… bah c’est peut-être pas si éloigné de la vérité, en faite.

Les bugs, les connexions et les pétages de plomb.

Aujourd’hui, j’ai GRAND besoin de me plaindre. Mais vraiment. J’ai une folle envie de me rouler par terre en chouinant et tapant des pieds dans le service client de mon fournisseur d’accès internet (FAI).

Lorsque j’ai emménagé dans ma ville actuelle, nous avons choisi d’aller chez Bouygues car nous étions plusieurs à y avoir nos téléphones portables. Comme nous sommes une famille de geek avec PC et smartphone, autant vous dire qu’Internet était TRES présent dans notre quotidien, notamment en WI-FI. Oui mais voilà, à cette époque, Bouygues ne pouvait permettre que 5 connexions d’appareils par wifi, le drame quoi. Malgré le passage des smartphones en 3G pour libérer de la connexion, il était fréquent que l’un de nos PC se retrouvent sans connexion et ce quoiqu’on fasse et quoique les techniciens Bouygues fassent.
Après avoir entendu moultes éloges sur Free, nous prîmes (je parle bien hein) la décision de rejoindre la secte des freenautes. Et les problèmes de connexion arrivèrent, et les problèmes de TV continuèrent, et la famille Mya0u devint folle. Donc puisque personne, de nouveau, ne pouvait nous aider, nous repartîmes chez Bouygues. Chez qui nous sommes toujours, d’ailleurs.
Et l’histoire se répète (j’écris cet article quand je n’ai d’ailleurs plus de connexion), en wifi ou en fil, ça ne fonctionne que quand ça veut bien, la TV qui plante plusieurs fois par jour, les problèmes de compatibilités Canal+/Canal Sat avec la BBox. C’est une catastrophe.
Mais ce ne sont pas les seuls. Orange semble avoir quelques difficultés à fournir et TV et Internet et Téléphone en dégroupé alors même qu’ils disent que c’est possible et j’en passe.

Je ne connais pas un seul FAI qui n’ait pas ses adeptes et ses détracteurs. Alors comment choisir ? Maintenant que toutes les offres se valent tant en terme de prix qu’en terme de qualité, comment pouvons-nous faire le tri ? Quand l’un se vente de son réseau, l’autre met en avant son service client, mais dans tous les cas, ils fournissent tous un même service qui n’est pas parfait. Loin de là. Qu’est-ce qui fait réellement la différence selon vous ?

Dites nous tout !